Soirée de témoignages à Masseube, un village du Gers

mail-masseubeLa Société des Amis du Cinéma Indépendant de Masseube nous a invités à présenter le film « Dans les collines au sud d’Hébron, des familles palestiniennes vivent dans des grottes » ainsi que le film de Mustapha Barghouthi, « Notre Histoire », vendredi 16 décembre, en partenariat avec l’Afps du Gers.
Le matin, à 9h, une quarantaine de lycéens de première et terminale du Lycée agricole St Christophe étaient les premiers à voir le film sur les collines du sud d’Hébron. Une rencontre avait eu lieu la veille avec leur professeur de français pour préparer l’intervention qui devait prendre en compte à la fois l’histoire, la situation actuelle en Palestine et le coté technique d’un film réalisé par un amateur, ces lycéens ayant choisi l’option cinéma. Seuls les deux premiers thèmes ont été abordés, la situation en Palestine occupant toute la partie après projection. Leur professeur d’Histoire-Géographie était présente lors de la présentation, de la projection et du débat : à l’issue de la séance, elle m’a précisé qu’au retour des vacances de Noël un travail approfondi aurait lieu avec les lycéens sur tout ce qui avait été dit et que cette façon de procéder intéressait davantage les élèves par rapport à une approche traditionnelle; le Proche Orient est au programme actuellement.
Réflexion d’un lycéen au cours de la discussion: Pour atténuer les horreurs que l’armée d’occupation fait vivre aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, il a tenu à préciser qu’en Israël même, Palestiniens et Israéliens vivent en harmonie. Il a semblé découvrir avec consternation la situation d’apartheid subie par les Palestiniens de 48, considérés comme citoyens de seconde zone, après que plusieurs exemples aient été donnés sur l’accès différencié au logement, à l’emploi, au transport, à l’éducation, non écrit dans la loi mais effectif dans la vie quotidienne.

Le soir, à 20h, plus d’une trentaine de personnes étaient présentes pour voir les deux films. Notre Histoire a bouleversé le public qui a eu du mal à retrouver l’usage de la parole.
Jacques Pimbel, président de l’Afps, a été le premier à entamer la discussion puis progressivement de nombreux spectateurs se sont exprimés pour faire part de leur émotion, apporter leur témoignage, poser des questions ou faire un commentaire.

Une journée riche et positive pour l’information et la connaissance de la situation en Palestine; une goutte d’eau sans doute, mais nous continuons…

L’Afps du Gers proposait à la vente des poteries palestiniennes ainsi que des livres.
Le « chapeau » présenté en fin de soirée, incluant la vente du DVD, contenait 120€ pour les projets de l’Afps d’Albertville en Palestine.
En un an, nous en sommes à 26 projections du film « Dans les collines au sud d’Hébron… »; nous ne demandons qu’à poursuivre.

François-Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *